La Relique Oubliée

Épisode 22 - L'Obélisque des Hommes-Bêtes

Une pause

Nous venions de créer un arc magnifique et nous étions très fier de nous. Caelynn s’empressa de l’essayer et remarqua qu’en plus d’être un arc magique puissant, celui-ci faisait des dégâts d’acide. Nous venions de créer un arc unique qui aurait une longue histoire. Suite à ce succès nous avons décidé de voir quel autre objet magique nous pourrions créer. La priorité sembla être de faire une armure magique au paladin. Nous devions trouver la recette mais surtout savoir comment utiliser la pyrite de dragon. Ce métal particulier était en fait les résidus de digestion de dragon mort. La pyrite était utilisée pour chauffer les forges à des températures bien supérieures aux métaux traditionnels. Nous savions que si nous parvenions à atteindre une température suffisamment élevée, nous pourrions faire fondre la pyrite de dragon et la modeler en ce que nous voulions. Nous avions déjà de la pyrite de dragon que nous avions trouvé dans la ville oubliée des dragons que nous avions visité dans le présent. Il faut se rappeler que nous avions sorti de l’enfer pour nous retrouver environ deux millénaires dans le passé. Nous avions suffisamment de pyrite pour créer une armure mais comment la faire fondre. Voyant que Xurço ne pourrait pas nous aider dans l’immédiat pour retourner à notre époque, nous avons décidé de profiter au maximum du temps que nous avions.
J’ai profité de ce long temps de repos pour faire des recherches et ajouter plusieurs nouveaux sorts à mon livre. Les livres « empruntés » dans la bibliothèque infernale se sont avéré très utiles. Caelynn en profita pour s’entrainer avec son Phoenix. Ebn lui décida de construire une nouvelle forge afin de commencer la fabrication de sa nouvelle armure. J’en ai profité pour créer un nouveaux sigil qui nous permettra de nous téléporter de n’importe où en un instant à cet endroit. Nous avons passé près de deux ans à faire ces préparatifs. Nous observions également la progression du conflit à venir entre les humains de cette époque et les dragons. Ebn eu une excellente idée. La pyrite de dragon était utilisée à cette époque. Nous devions donc pouvoir trouver un livre ou la recette de comment utiliser cette matière. Surement dans la ville des dragons, un des forgerons pourrait nous « donner » cette information.

La ville des dragons

Trouvant notre vie un peu ennuyeuse, nous avons décidé de partir à l’aventure et d’aller dans la ville des dragons. Notre objectif était de charmer magiquement un forgeron sur place et de lui ordonner de nous donner des renseignements sur les forges de dragon et la pyrite. C’est avec beaucoup de discrétion que nous sommes approchés de la ville draconienne. Nous avons eu la surprise de voir un dragon bleu patrouiller le ciel de la cité. Était-ce le même dragon bleu qu’à notre époque ? Azur le magnifique (bof). C’était très difficile de le savoir. Nous avons réussi à rester suffisamment discrets pour ne pas attirer son attention. Il s’en fallu de peu. Il faut dire que la discrétion est la force de la rangère mais pas la mienne ou celle d’Ebn. Dans la ville nous nous sommes rendu invisibles afin d’éviter d’être repéré. Ebn a pu facilement trouver un forgeron draconien et il lui a lancé le sort commandement. Sa nouvelle « mission », apporter un livre sur les forges et la pyrite de dragon. Le forgeron partit immédiatement chercher l’objet. Il nous a fallu attendre plus d’une heure pour que le forgeron revienne avec son énorme livre dans les bras. Ne voulant pas déclencher d’alerte, nous avons mis le forgeron KO afin qu’il ne sache pas trop ce qui venait de se passer. Fuir la ville était la dernière chose que nous devions faire. Le dragon bleu patrouillait toujours le secteur et il semblait avoir repéré quelque chose de suspect lors de notre arrivée. Nous avons redoublé de prudence. Le dragon avait probablement sentis notre présence car il patrouillait maintenant près de nous. Les sens des ces viles créatures sont très développés. Il ne nous avait pas encore repérés, mais ce n’était qu’une question de temps. Les talents de discrétion de Caelynn étaient très forts, mais ils seraient insuffisants contre la perception d’un dragon. C’est finalement en sautant dans le vide d’une falaise que nous avons pu échapper au dragon. Mon sort d’amortissement des chutes nous a permis de tomber dans l’eau sans danger. Il nous a fallu plus d’une journée de fuite pour être sûr que le dragon avait perdu notre trace.

De retour à notre repaire

C’est avec la joie du devoir accompli que nous sommes revenu à l’endroit qui allait être notre repaire dans ce passé et dans le futur présent… Moi-même j’ai parfois du mal à m’y retrouver. J’ai donc procédé à une lecture complète du livre que nous nous étions procuré. Ce livre renfermait plusieurs secrets sur les forges draconiennes et la pyrite de dragon. J’ai compris que le souffle d’un dragon était nécessaire pour activer la pyrite et que ce matériel pouvait être fondu mais à des températures encore plus supérieures. J’avais réussi une fois en utilisant tous mes sorts de feu à activer la pyrite dans la forge d’Ebn, mais j’étais loin de pouvoir produire une chaleur suffisante pour faire fondre la pyrite. Comment pouvions-nous régler ce problème. Après une longue réflexion j’en suis arrivé à la conclusion que la lave d’un volcan devrait être suffisante.

Le culte des hommes bouc

Caelynn n’étant pas trop dans son élément quand moi et Ebn parlions de forge et de pyrite de dragon, décida d’aller se promener dans les bois. C’est lors d’une de ses patrouilles qu’elle repéra plusieurs créatures à tête de bouc qui avaient fait un campement de fortune près du monolithe de magie sauvage que nous avions trouvé il y avait un peu plus d’un an. Que faisaient ces créatures dans cet endroit perdu au milieu de la forêt ? Nul doute que le monolithe y était pour quelque chose. Après quelques jours d’observation Caelynn en déduisit qu’ils étaient en train de former un clan maléfique et qu’ils avaient profané le monolithe en faisant toute sorte de rituels païens et en le badigeonnant de sang. Caelynn décida de revenir nous parler de sa découverte. Nous avons décidé d’éradiquer ce clan avant qu’il n’attire trop l’attention sur cette région. Nous tentions d’être le plus discret possible car nous étions quand même assez près de la ville des dragons. Nous nous sommes approchés discrètement au coucher du soleil afin de surprendre nos ennemis. La surprise fut totale. La moitié du clan fut exterminé en quelques instants. Il faut dire que l’épée d’Ebn, les flèches de Caelynn et mon élémental d’eau ont fait des ravages chez les ennemis. Quelques cultistes se sont sauvés à l’intérieur d’une caverne. J’ai envoyé un œil magique pour savoir ce qui se cachait dans la caverne. Plusieurs ennemis ainsi que ce qui semblait être un chaman avaient trouvé refuge dans cet endroit. Nous sommes donc entrés dans cette caverne les armes à la main.

Les cultistes de la caverne

L’obélisque de magie primitive

La caverne des Gor

À l’intérieur nous avancions prudemment. Comme nous le pensions nos ennemis attendaient le moment propice pour nous attaquer. Ils ont tenté de nous prendre en souricière en venant de chaque côté de nous. Pauvre eux, je n’ai eu besoin que de mettre un mur de force et je venais de séparer leurs forces en deux. Ces créatures étaient quand même très forte et le chaman ennemi s’avéra être très chiant. Ce fut un long combat très éprouvant car les ennemis nous ont rapidement entourés, malgré mes sorts. Une chose attira notre attention. Les créatures semblaient être attirées par le cube contenant l’essence de l’ancien dieu déchu Vanor qu’Ebn transportait dans son sac. Un adversaire réussit même déchirer le sac d’Ebn et à s’emparer du cube. Il se transforma en créature mutante semblable à celle que nous avions déjà vu à Vaudan. Ebn subit plusieurs charges de ces créatures cornues. Nous avons dû nous replier dans un couloir très serré où les ennemis ne pouvaient qu’avancer un à la fois. Ebn défendait l’entrée, moi et Caelynn descendions les ennemis à distance. Ebn tomba au combat mais je l’ai réanimé rapidement grâce à une potion de guérison. Il s’en fallu de peu que nous mourrions dans cette caverne maudite car ces créatures étaient plus coriaces qu’elles n’en avaient l’air. Nous avons fouillé les cadavres et nous avons trouvé quelques items dont deux potions de rajeunissement. Ebn avait donc la possibilité de rajeunir de plusieurs années. Le temps n’était donc plus un facteur pour les quelques années devant nous. Décidément si ce n’était pas un signe du destin. Ebn lui dira que c’était la volonté de son dieu, mais bon.

Nous étions à présent sûrs que transporter le cube attirerait sur nous des créatures maléfiques. Nous devions donc être prudent jusqu’au moment où nous pourrions laisser le cube dans la cité draconienne enfouie.
Ebn avait terminé la construction de sa forge. Il ne nous restait plus qu’à trouver un volcan actif, transporter de la lave jusqu’à notre repaire, faire fondre la pyrite de dragon et confectionner une nouvelle armure à notre Paladin dont la recette nous était encore inconnue. Qui a dit que la vie d’aventurier était ennuyeuse !

View
Épisode 21 - Inception

Xurço Cibràn

Nous avons profité pour faire connaissance avec cet homme étrange. Il était l’unique disciple de Kartag. De cet individu émanait une aura hors du commun. Sa peau semblait formée de roc. Je trouvais étrange de discuter avec un homme qui de mon époque était mort depuis des millénaire. Il tenta de nous expliquer la complexité de Kartag et le fait qu’il a été le seul à bien comprendre la nature de ce dieu. Nous avons décidé de lui faire confiance et nous lui avons dit d’où nous venions et de quelle époque. Nous venions d’un peu plus de deux millénaires dans le futur. Il était très intrigué par notre histoire. Il nous a offert l’hospitalité pour quelques jours, mais il nous a dit que nous devions être prudents car les dragons de la ville rodaient parfois dans le coin et ils n’aimaient pas les humains et les elfes.

Après plusieurs jours nous avons décidé d’effectuer le voyage de plus de trois mois qui nous conduirait à la région où les humains habitaient. Selon l’histoire que nous connaissions, les dragons et leur cité auraient été enseveli suite à une guerre avec les humains. Les humains auraient fait des pactes avec les diables. Ces pactes auraient créé les premiers warlock et la race des tiefling serait apparue suite à l’union des diables et des humains. Ces histoires sont-elles vraies ou s’agit-il de légendes ? Afin de savoir comment les humains étaient à cette époque, nous avons décidé de faire le voyage jusque dans cette région du monde. Nous avons estimé la durée du voyage à environ 3 mois. Avant de partir nous avons demandé à Xurço s’il pouvait nous aider à regagner notre époque. Il nous a répondu que cela prendrait beaucoup de temps pour savoir si son dieu pouvait nous aider. C’est avec le cœur léger que nous avons repris la route. Il était très agréable de voir de la forêt après avoir passé toutes ces semaines en enfer. Caelynn avait enfin retrouvé sa maison, la nature. Le voyage était long mais nous étions contents de voyager dans la forêt en été. Grâce à l’habileté de Caelynn de se déplacer facilement dans la forêt nous avons atteint notre destination un peu plus rapidement que prévu

La région des humains

À notre arrivée dans cette région nous avons remarqué rapidement que les humains de cette région n’étaient que des groupes non organisés de paysans et de barbares. Après avoir passé quelques temps parmi eux, nous avions compris qu’il leur manquait quelque chose. Il n’y avait aucun magicien ou sorcier, aucune armée digne de combattre des dragons. Nous étions donc avant l’époque où les humains auraient pactisé avec les diables et vaincu les dragons. Nous étions un peu incertains de ce qu’il fallait faire. Devions-nous laisser les choses suivre leur cour sans interférer dans le temps ou devions-nous donner un coup de pouce aux humains et donc leur donner des indices sur comment vaincre les dragons.

Après un long débat d’idée nous avons décidé de donner un coup de pouce aux humains dans leur bataille contre les dragons. Nous avons fait une série de geste, de suggestions, de manipulations et surtout nous avons laissé le journal de Melcom à la portée des régufiers. Dans ce journal notre ancien compagnon mentionne comment il a fait son pacte avec Asmodéus, le seigneur des diables. Après avoir fait tout cela nous avons décidé de reste un certain temps afin d’observer si les suggestions que nous avions fait fonctionnaient. Au bout de plusieurs semaines, nous étions sûrs du résultat de nos actions. Les groupes désorganisés commençaient à se regrouper. Un groupe d’ensorceleurs s’était formé et semblaient posséder le leadership adéquat à organiser les réfugiers en une nation digne de ce nom. Le temps allait nous confirmer si les humains pourraient vaincre les dragons. Pour l’instant il ne nous restait plus rien à faire dans cette région alors nous avons décidé de retourner voir Xurço. Peut-être avait-il des nouvelles de son dieu.

Le retour

Le retour dans la région de ce qui deviendrait la ville de Vaudan s’est fait beaucoup plus rapidement. Un sort de téléportation et hop nous revoilà dans le cercle de téléportation près de la demeure de Xurço. Nous avons descendus les marches de la montagne jusqu’à la maison de Xurço. À notre arrivée le prêtre de Kartag sortait de sa méditation. Il était bien content de nous revoir. Il nous informa que le genre de demande que nous avions demandé pourrait prendre des années avant que nous obtenions une réponse de la part de son dieu. Xurço nous dit que son dieu lui avait accordé le don d’immortalité. Il ne vieillissait plus depuis longtemps. Ebn pris alors conscience d’une chose importante. Sa vie était courte, trop courte. Ebn qui était humain, vivait entouré d’elfe (Caelynn, Aaranthilas et Thya). Tous avaient une longévité de plusieurs siècles voir millénaires. Sa vie serait peut-être terminée avant même que nous ayons une réponse de Kartag. Il comprenait maintenant pourquoi malgré ses 20 ans bien sonnés, je le traitais parfois « d’enfant sorti à peine des couches ». Il vivait avec des compagnons et il combattait aussi des monstres presque immortels. Pendant plusieurs jours il resta mélancolique face à la brièveté de sa vie.

Le druide de Myrdin

Nous voulions fabriquer un arc magique pour Caelynn depuis longtemps. Nous avions trouvé la recette dans la bibliothèque infernale. Il ne nous restait plus qu’à trouver un endroit propice pour fabriquer l’arme magique. Sur le parchemin il était inscrit que nous avions besoin de la bénédiction de Myrdin. Je comprenais qu’il s’agissait un peu d’une métaphore. Nous avions besoin d’un endroit béni par Myrdin. Nous avions en tête l’endroit où Ebn avait trouvé son marteau. Cet endroit exceptionnellement beau était la demeure d’un satyre qui malheureusement avait été corrompu. Notre hôte Xurço suggéra aussi d’aller visiter un druide qui vivait dans la forêt. Peut-être pourrait-il nous aider. Nous nous sommes mis en route. Ebn était encore un peu perdu dans ses pensées, mais faire quelque chose d’utile lui changea les idées. Caelynn nous guida dans cette magnifique forêt. Il faut dire que la civilisation n’avait pas encore touché cette région du monde connu. Les animaux étaient très nombreux et la végétation encore intacte. J’ai trouvé passionnant de pouvoir observer cet endroit à un état naturel. Au bout de quelques jours nous avons trouvé le druide. L’aigle de Caelynn nous a été bien utile car nous cherchions un magnifique endroit avec un très gros arbre doré. Tel avait été la description de Xurço pour décrire la demeure du druide. Nous avions trouvé l’arbre aux reflets dorés, mais nulle trace du druide. Ebn tenta de frapper à la « porte » de l’arbre. Selon les histoires, certains druides pouvaient vivre dans leur arbre. Au bout de quelques minutes un elfe sorti de l’arbre. Il portait un manteau de plume de hibou et un étrange chapeau. L’elfe nous demanda ce que nous voulions. Nous lui avons expliqué que nous recherchions la bénédiction de Myrdin et que nous recherchions un endroit propice pour fabriquer un arc pour Caelynn. Le druide nous dit qu’il connaissait un endroit et qu’il voulait bien nous accompagner. Au bout de quelques minutes de conversation il était clair que le druide nous « questionnait » pour connaitre nos motifs. Il nous mentionna aussi que nous devrions probablement prouver notre valeur. Ce druide était vraiment étrange.

La clairière aux arbres vivants

Au bout de quelques heures nous sommes arrivés à la clairière que le druide nous avait parlé. Il s’agissait en effet d’un endroit exceptionnel et magnifique. Cet endroit avait en effet été « béni » par une divinité. Il était tard et nous étions fatigués. Nous avons fait un petit campement pour nous reposer. Nous en avons profité pour observer un peu plus cette magnifique clairière. En me promenant j’ai trouvé deux obélisque avec des écritures gravés dessus. Un petit sort de vol et hop j’ai pu lire toutes les écritures jusqu’en haut des obélisques. Les écritures décrivaient la beauté de cet endroit. Il s’agissait d’un très vieux dialecte. Très vieux pour moi du moins.
Soudainement un énorme grizzly tenta de me frapper par derrière. D’où venait-il je n’en savais rien, mais c’est mon pouvoir de devin qui m’a prévenu du danger. J’ai évité de justesse les deux pattes griffues de l’énorme bête derrière moi. J’ai sonné l’alarme pour prévenir mes compagnons. Le grizzly émit une sorte de cri de guerre et les arbres autour de nous ont commencé à bouger.
Ebn prit son marteau et fracassa les branches du très gros arbre vivant qui l’attaquait. Caelynn sorti et tira sur des buissons qui s’approchait d’elle. De mon côté puisque mon sort de vol était encore actif, j’ai simplement volé hors de la portée des griffes du grizzly pour me poser au bout de l’obélisque. Un étrange combat s’enclencha. On aurait dit que la nature entière s’attaquait à nous. C’était surement ça que le druide voulait dire en disant que nous devrions prouver notre valeur. D’ailleurs où était le druide. Je ne le voyais nulle part. Ebn frappa tout ce qui bougeait avec son marteau. J’en ai profité pour rendre l’arc de Caelynn magique et elle a pu déchainer ses flèches sur la végétation hostile. Pour ma part j’avais plusieurs boules de feu en réserve mais puisque je sentais qu’il s’agissait d’une épreuve, je ne voulais pas incendier la forêt autour de nous. J’ai utilisé un sort de détérioration des plantes. C’est un sort particulièrement vicieux contre les plantes. L’arbre géant s’écroula au sol comme si on lui avait enlevé la vie. Suite à un gros coup de marteau, le grizzly tomba au sol et se transforma en druide. Le druide se releva mais resta hors du combat. Le combat ne dura pas longtemps. Les flèches de Caelynn, le marteau d’Ebn et mes sorts de magie sont rapidement venu à bout des arbres, buissons et lianes qui nous attaquaient. Le druide s’approcha de nous et nous dit que nous avions fait nos preuves et qu’il nous accordait sa bénédiction pour la construction de notre arc magique. J’ai regardé un peu autour de nous et je voyais toute cette nature dévastée. Tous ces arbres vivants détruits, et ce druide nous disait que nous avions fait nos preuves et qu’il nous accordait la bénédiction de Myrdin. Je ne suis pas druide, mais à ce moment j’ai grandement douté des valeurs et du jugement de ce druide. Mais bon pour être druide ne faut-il pas être un peu fou.

L’arc magique de Caelynn

Avec la « bénédiction » du druide, nous avons commencé la construction de l’arc magique pour Caelynn. Nous avons travaillé tous les trois sans relâche pendant presque deux mois. Ebn forgeait les fibres de mithryl et le bois de fer, Caelynn tissait soigneusement les fils qui composeraient la corde de l’arc et moi je lançais tous les sorts de magie nécessaires. Ce fut un travail beaucoup plus éprouvant que j’aurais cru, mais le résultat fût stupéfiant. Nous avions créé un arc magique d’une qualité exceptionnel. Je n’avais jamais vu un si bel arc. Caelynn se dépêcha de l’essayer. L’enchantement qui avait créé l’arc était très puissant et cet arc le démontrait bien. L’arc permettait à Caelynn de se déplacer plus vite et de faire des dégâts de poison. Nous étions très fiers de notre travail et nous avons appelé notre création Myrdin.

Qu’allions nous faire à présent. Comment rejoindre notre époque. Caelynn et moi nous pouvions « chevaucher le passé » jusqu’au présent, mais Ebn lui ne le pouvait pas. Une idée traversa mon esprit. Mettre Ebn « sous pierre » et passer le temps. N’est-ce pas de cette façon que Thya avait passé les deux derniers millénaires. Ebn n’était pas très chaud à cette idée.
Nous avions une nouvelle énigme à résoudre et elle était de taille. Comment faire passer à un humain deux millénaires sans qu’il meure de vieillesse.

View
Épisode 20 - De l'Enfer au Passé

La bibliothèque infernale

Nous faisions notre entrée dans cette fameuse bibliothèque. Nous étions déguisés en diable et nous avons descendu les marches menant au premier étage. La bibliothèque descendait vers le bas. J’étais un peu incertain de la qualité de nos déguisements, mais le destin me sourit habituellement. Une fois à l’intérieur, nous tentions de nous faire discrets. J’ai copié sur deux parchemins les titres des livres que nous recherchions. J’ai remis un parchemin à chacun de mes deux compagnons. Vive le sort de compréhension des langues. Nous nous sommes séparés et nous sommes partis à la recherche des différents livres que nous avions besoin. Nous avons réussi, la plupart du temps, à éviter les autres diables qui se promenaient au premier étage. Nous avions trouvé quelques livres intéressants mais aucun que nous recherchions. Ebn, s’empêtra dans son déguisement et attira l’attention d’un diable qui se promenait. La discrétion n’était pas le fort de notre paladin. Ebn tenta de se faufiler de rangée en rangée, mais le diable le suivait et il lui parlait dans une langue inconnue. Voyant Ebn qui était « poursuivi » par un diable derrière lui, J’ai décidé de faire tomber une étagère sur le diable qui suivait Ebn. Boom l’étagère tomba au bon moment sur le diable et nous avons profité de cette diversion pour reprendre l’escalier et descendre au 6 ième étage de la bibliothèque infernale. Le diable sous l’étagère était fou de rage, mais il ne nous retrouva pas. La descente fut longue jusqu’au 6 ième. Nous avions choisi d’explorer directement ce niveau car la bibliothèque se trouvait au niveau 6 de l’enfer et les étages de la bibliothèque et les niveaux infernaux correspondaient.

Le sixième étage de la bibliothèque

Nous étions au sixième étage. Je ne connaissais pas encore le système de classement des livres, mais l’avenir souri aux audacieux. Nous avons recommencé à jouer au jeu de cache-cache avec les diables de cet étage. À un moment nous avons vu un humain mourant enchainé au plafond. Il semblait souffrant. Ebn et moi, nous avons tenté de le guérir afin de le questionner sur cette bibliothèque. Je lui ai demandé s’il pouvait nous aider à nous retrouver dans cet endroit. C’est à ce moment que j’ai compris le système d’index de cette bibliothèque. Les répertoires des sujets de la bibliothèque étaient ces êtres damnés. Nous devions interroger cette âme damnée pour savoir où trouver le livre désiré. Quel endroit cruel, mais après tout nous étions en enfer. En fouillant dans section que l’âme perdue nous avait indiquée, nous avons trouvé un parchemin nous indiquant la recette pour faire un arc magique. Caelynn sautait de joie. Malgré quelques « close call », nous n’avons pas été repéré et nous avons trouvé beaucoup de livres et d’informations. En fouillant les autres étagères, nous avons trouvé les principaux livres que nous avions besoin. J’ai pu trouver également (grâce à l’aide d’Ebn) un cercle de téléportation qui permettait de sortir de l’enfer. Hourra, nous avions découvert notre sortie de cet endroit infernal. Ebn et Caelynn ont pu trouver plusieurs objets intéressants. Ebn eu un nouveau boulier en adamantium, Caelynn eu une armure en cuir magique et j’ai obtenu un nouveau livre de sort. Grace a beaucoup d’adresse et de furtivité le groupe réussi à éviter les diables qui patrouillaient le secteur. L’adresse naturelle de Caelynn à se déplacer discrètement nous a été fort utile. Ebn a même réussi à m’impressionner en volant la clé à la ceinture d’un diable sans se faire prendre. Cette clé s’est avérée très utile car il s’agissait d’une clé maitresse pouvant débarrer toutes les serrures sur l’étage où nous étions. Il nous manquait seulement un élément important pour que je puisse activer le cercle de téléportation et sortir de l’enfer. Nous avions besoin d’un diamant pur qui devait servir de matériel pour le sort. Le problème c’est que nous n’avions pas de diamant avec nous. Nous avons donc décidé d’essayer de trouver un coin tranquille pour nous reposer car nous étions épuisés. Je devais préparer plusieurs sorts afin d’activer le portail de téléportation.
En continuant de fouiller la bibliothèque, nous avons découvert un passage secret menant à un couloir déserté. C’est Ebn qui trouvait que le grand âtre de feu était suspect. Le couloir secret menait à une grande pièce avec quelques étagères de livres et un bureau. Il y avait un coffre par terre. Avec beaucoup de précautions nous avons ouvert le coffre et trouvé un diamant. Il semblait s’agir de la « réserve d’urgence ». Nous avons profité de cet endroit tranquille pour nous reposer. Après le repos j’ai étudié plusieurs sorts utiles et nous étions fin prêt à quitter cet enfer. J’ai d’abord mis le groupe invisible et nous nous sommes déplacés jusqu’au cercle de téléportation. J’avais besoin de dix minutes pour activer le sort. Espérons que le destin allait nous être encore favorable. Une fois arrivé au cercle de téléportation, j’ai invoqué une plateforme magique de transport. J’ai demandé à mes compagnons de mettre le plus grand nombre possible de livres sur la plate-forme magique le temps que j’ouvre le portail de téléportation. J’avais presque terminé mon sort et aucun diable n’était venu nous déranger.

La fuite

J’avais presque terminé mon sort quand nous avons entendu un branle-bas provenant d’une pièce près de nous. Yézidi et quelques diables nous avaient retrouvés. Ebn lança le sort de cercle de protection contre le mal. Ce cercle empêchait les diables de s’approcher de nous. Mes compagnons ont pris une position défensive autour de moi car il ne fallait surtout pas que j’arrête mon sort. Les diables ont défoncé la porte et nous ont encerclés. Nous n’avions plus la possibilité de faire marche arrière. Notre seule sortie était à travers le portail. C’était la fuite ou la mort. Nous étions regroupés au centre du cercle de téléportation et nos ennemis ont lancé leurs attaques. Le cercle de protection magique qu’Ebn avait érigé nous protégeait contre les créatures qui tentaient d’entrer physiquement dans le cercle, mais rien n’empêchait une créature de se téléporter dans le cercle où nous étions. Yézidi tenta de se téléporter à l’intérieur du cercle. Heureusement mon pouvoir de devin me permit de bloquer sa tentative de téléportation. Yézidi était folle de rage de s’être fait bloquer sa téléportation. Les diables ont passé à l’attaque et ils avaient comme cible… moi. Les attaques fusaient de toutes parts, mais le cercle de protection d’Ebn tenait bon. Yézidi tenta à nouveau de se téléporter à l’intérieur du cercle, mais j’ai réussi à bloquer à nouveau sa téléportation. Des diables de chaînes ont réussi à lancer des chaînes et à enchainer Caelynn et Ebn. Heureusement mes compagnons ont rapidement réussi à se libérer. La magie du cercle de téléportation s’activa. Je lançais un sort qui nécessitait toute ma concentration et qui m’avait épuisé. Nous étions à quelques secondes de pouvoir sortir de l’enfer. Ebn et Caelynn me protégeaient en déviant les attaques m’étant destiné. Soudainement nous avons disparu à l’intérieur du cercle de téléportation. Nous avions réussi in extremis à sortir de l’enfer. Nous avions puisé dans toutes nos ressources et cela nous a permis de nous sortir de cet endroit. Nous étions revenus chez nous ou du moins nous le pensions.

Retour vers le passé

Nous avions réussi à fuir de justesse l’enfer. Nous nous sommes relevés pour apercevoir que nous n’étions pas au bon endroit. Vaudan n’était pas là et il y avait une étrange ville à quelques kilomètres. Il nous a fallu plusieurs minutes pour comprendre que nous étions dans le passé. C’est en reconnaissant la ville dragonienne que nous avons compris quand nous étions. À notre époque la ville était enfouie sous terre et nous savions qu’elle avait été enfouie à la suite d’une guerre. J’ai passé plusieurs minutes à essayer de comprendre pourquoi nous avions atterri à cette époque lors de la téléportation. J’ai trouvé deux explications possibles. La première est que je lançais un sort extrêmement compliqué et bien plus puissant que je lançais habituellement. La complexité de ce sort aurait pu nous faire dévier dans le temps. La deuxième explication est qu’on nous ait fait dévier à cette époque. Bien des choses me sont encore inconnues et il est fort possible qu’un seigneur diable où même l’entité de mon livre nous ait fait dévier dans le temps. Bref nous étions pris dans le passé. Maintenant nous devions retourner à notre époque. En fouillant le secteur nous avons fait la rencontre Xurço Cibràn. Nous connaissions ce nom car il s’agissait de l’unique prêtre du dieu Kartag Kartag était, à notre époque, un dieu oublié. Il était le dieu de la terre des plantes et des animaux. Il était étrange de discuter avec cet homme car à notre époque (dans le présent) il était mort depuis longtemps. Nous savions qu’il était mort car nous avions retrouvé un de ses fémurs en fouillant notre repaire. Xurço était également intrigué de nous voir car il nous a dit que les humains et les elfes n’étaient pas dans cette partie du monde. Les dragons régnaient en maîtres dans la région.

Comment avions nous atterri à cette époque. Pour quelle raison faisions-nous la rencontre de cet individu depuis longtemps disparu. Les fils du destin étaient parfois très complexes a démèler.

View
Épisode 19 - La descente aux Enfers (partie 2)

Ebn venait de laisser tomber son Marteau sur la longue queue de Yezidi. Nous voulions l’emprisonner au sol pour la questionner. La diable nous regarda et cria « je vous avais prévenu de ne pas me provoquer. Vous allez le regretter. » Elle dit quelques mots de magie et elle se téléporta un peu plus loin. Libéré du marteau, la diablesse se lança à l’assaut. Le combat commençait mal pour nous. Ebn reprit son marteau et il l’utilisa pour de désarmer notre adversaire. Il faut dire que la diablesse serpent était beaucoup plus grande que nous et elle avait quatre bras, tous armés d’une épée. Caelynn et moi, nous avons pris une position plus reculée. J’en ai profité pour rendre les flèches de Caelynn magiques et elle commença à mitrailler notre ennemie. Le combat a été très pénible car nous avions devant nous une adversaire formidable. Sa résistance à la magie m’empêcha de lui faire des dégâts ou de lui nuire. Ebn grâce à son marteau magique, avait réussi à désarmer trois des quatre épées de la diablesse. Malgré les dégâts de l’arc de Caelynn, notre paladin « morflait un max ». Mes pouvoirs de devin m’ont prévenu du danger de mort imminent. J’ai donc utilisé mon sort de mur de force afin de mettre en cage la diablesse. Le sort a fonctionné et elle s’est retrouver prisonnière de ma cage de force. Malheureusement elle s’est de nouveau téléportée hors de la cage. Yezidi était folle de rage et elle fonça sur moi. N’étant pas préparé à cet assaut, j’ai subi de lourdes blessures. J’étais à un (1 HP) doigt de la mort. N’ayant pas d’autre alternative j’ai usé d’intelligence. J’ai pris un trou de ma robe magique et je l’ai lancé sous la diablesse. Quand elle commença à tomber dans le trou, j’ai lancé le sort de téléportation dans le fond du trou. Elle est donc passé à travers le portail de téléportation que je venais de créer. Je venais de la renvoyer au plan infernal d’Avernus, loin très loin de nous.

Nous étions bien mal en point et nous cherchions une façon de nous reposer. J’ai profité d’une petite pause pour interroger mon grimoire. Ce livre magique me permettait de communiquer avec une entité mystérieuse. À plusieurs reprises son aide m’avait été précieuse. Son aide avait toujours un prix. En discutant, par écrit, avec le grimoire j’ai pu savoir qu’il y avait une grande bibliothèque dans le plan infernal de … au niveau 6. Le groupe a décidé que nous avions une chance réelle de trouver une façon de sortir de l’enfer, si nous pouvions trouver un livre qui nous indiquait la sortie. Après une trop courte pause, nous avons repris la route. Nous devions avancer car trop de gens savaient que nous étions dans ce couloir. Nous étions au niveau 4 et nous devions descendre aller au niveau 6.

Le plan glacial de Stygia

Avant de sortir du couloir j’ai envoyé mon œil magique afin de nous trouver un chemin sûr. Le plan infernal de Stygia était magnifique et terrifiant. Tout ce monde était recouvert de neige et de glace. Aucun vent ne venait troubler ce paradis gelé. Mon petit œil magique s’est avéré d’une grande utilité pour détecter les ennemis et trouver un portail de sortie menant au niveau infernal inférieur. J’ai pu mémoriser et tracer une carte de la position des diables de glace qui patrouillaient. Caelynn s’est ensuite servi de la carte pour être notre éclaireur. Le froid était si intense. Jamais je n’avais ressenti un froid aussi glacial. En quelques heures nous avons pu franchir le portail et sortir de cet enfer gelé. Grâce à Caelynn nous avons évité les patrouilles ennemies.

Le plan abyssal de Malbolge

Nous étions épuisés et nous avions beaucoup de difficulté à avancer. Nous avions maintenant l’habitude de ces longs couloirs entre les plans infernaux. Au bout du couloir nous avons débouché sur un plan très différent de ce que nous avions vu précédemment. Devant nous il y avait un grand vide. Un escalier très escarpé semblait être le seul chemin à emprunter. Le plan de … était vers le bas. En se penchant au bord de la falaise, nous avons pu voir d’anciennes structures très loin en bas de nous. Soudainement nous avons entendu un bruit assourdissant provenant du couloir derrière nous. Un énorme diable de feu ailé fonçait sur nous. Caelynn et moi nous nous sommes cachés dans l’escalier qui descendait tandis qu’Ebn attirait l‘attention du diable en le provoquant. Nous étions à deux doigts de l’épuisement complet. Nous avons trouvé la force de lancer quelques sorts et quelques flèches. L’énorme diable de feu lança une boule de feu sur le paladin. Ebn dans un élan d’héroïsme utilisa la puissance de son dieu afin d’éviter la boule de feu. Nous avions eu chaud, mais nous n’étions pas de taille à affronter cette créature. Dans un effort collectif nous avons réussi à faire écrouler une partie du plafond du tunnel et de bloquer momentanément le diable qui était à nos trousses. J’ai eu la bonne idée de proposer au groupe de nous jeter dans le vide. Mes compagnons m’ont regardé d’un regard incrédule. Je leur ai dit que j’avais un sort pour ralentir notre chute. Voyant le diable commencer à tasser les débris et foncer sur nous, nous avons fait le saut de la foi… envers ma magie.

En chute libre

Nous étions en chute libre depuis plus longtemps que je n’aurais pensé quand nous avons repérer des ruines qui se rapprochaient très très rapidement de nous !! J’ai lancé mon sort de ralentissement de chute et nous avons atterri sans dégâts dans une ruine abandonnée. Le diable de feu pouvant sans doute voler allait nous rejoindre très rapidement. Nous devions donc nous cacher rapidement. Ebn aperçu un puit abandonné près de nous. Sans hésitation nous avons rapidement sauté dans le puit afin de nous cacher du diable.

Le puit du repos

Nous avons atterri au fond du puit pour découvrir que nous étions parmi des cadavres à divers stade de décomposition. L’odeur était épouvantable. J’ai pu à ma grande surprise éviter de vomir en sentant cette odeur. Caelynn aussi réussi à supporter l’odeur insoutenable. C’est notre paladin qui vomi ses tripes ne pouvant supporter cette odeur. Après avoir vomi ses quatorze derniers repas, Ebn réussi à se concentrer pour lancer le sort de purification. Instantanément l’odeur horrible de putréfaction disparue. Il était moins une car nous avons entendu le diable de feu passer au-dessus du puit. Il nous a cherché mais sans succès. Au bout d’une heure nous étions sûrs qu’il était parti. Nous étions tellement épuisés que nous avons décidé de dormir au fond de ce puit. Nous étions bel et bien en enfer si le seul endroit de repos que nous pouvions trouver était au fond d’un puit entouré de cadavre en décomposition. Ce repos tant recherché nous a permis de retrouver une partie de nos forces. La traversé du plan glacial nous avait grandement affaibli. Nous avons donc quitté ce puit qui servait de dépotoir ou de garde-manger. Nous n’en étions pas sûrs. J’ai envoyé mon œil magique en éclaireur et j’ai pu trouver la bibliothèque que nous recherchions. Cette immense bibliothèque était en bas d’un très long escalier.

La bibliothèque infernale de Malboge

Nous avons approché discrètement de la bibliothèque. C’était une bibliothèque comme je n’en avais jamais vu. Le bâtiment semblait être sur le point de tomber en ruine, mais mon instinct me disait que comme bien des choses en enfer, les choses étaient généralement différentes que ce qu’elles paraissaient au premier coup d’œil. Nous étions à la recherche de plusieurs informations. Nous devions découvrir comment sortir de l’enfer, comment se débarrasser du dragon bleu qui menaçait Vaudan, le vrai nom de la diablesse Yézidi et un livre étrange que l’entité mystérieuse désirait avoir et qui était dans cette bibliothèque. J’avais dû marchander avec l’entité mystérieuse et le prix des informations obtenues étaient que je devais trouver le nom de la diablesse serpent et ce livre étrange. Ce livre étrange était « les dernières volontés de Tom Bouthillette » Qui était cet individu et pourquoi il semblait avoir une si grande importance. Ebn et Caelynn se sont cachés à l’extérieur de la bibliothèque et je me suis rendu invisible. Mes compagnons sont restés derrière prêt à agir si une alarme se déclenchait.
Je me suis donc introduit dans cette bibliothèque légendaire. Durant mes études de magie j’avais entendu parler de cette bibliothèque. C’était plus un mythe qu’une réalité. Mais la voir devant mes yeux et entrer à l’intérieur était un jalon dans ma vie. Il m’a fallu un bout de temps avant de comprendre le système de classement des livres. Surtout qu’il était écrit dans une langue que je ne connaissais pas. Mais ce n’est jamais un problème pour un magicien dégourdi. Hop un sort de compréhension des langues et tout ce savoir infernal s’ouvrait à moi. Lors de ma recherche j’ai trouvé plusieurs ouvrages intéressants, mais je n’ai pas pu trouver un livre sur comment sortir de l’enfer. Mon sort d’invisibilité touchant à sa fin, j’en ai profité pour sortir de la bibliothèque et rejoindre mes compagnons à l’extérieur.
J’ai informé Caelynn et Ebn de ce qu’il y avait à l’intérieur. J’ai suggéré au groupe que puisque nous étions au plan infernal 6, il y aurait probablement une mention d’une sortie au sixième étage. En effet les étages de la bibliothèque correspondaient aux « étages » des plans infernaux. J’ai informé aussi mes compagnons de la présence des diables qui se promenaient dans la bibliothèque. Nous avons décidé de nous déguiser en diable et d’entrer tous les trois discrètement dans cet endroit fantastique. Pour un magicien comme moi, cet endroit rempli de livres et de savoir était un paradis… en enfer.
Après avoir soigneusement perfectionné nos costumes grâce aux différents « trophées » qu’Ebn amassait après avoir vaincu des diables, nous nous apprêtions à entrer dans cette bibliothèque à la recherche de précieuses informations.

View
Épisode 18 - La descente aux Enfers

Nous étions au milieu du champ de bataille. Les cadavres de créatures démoniaques nous entouraient. Il ne restait plus que deux seigneurs diables devant nous et une très grosse diablesse serpent derrière nous. La diablesse avait lu un parchemin sur lequel était consigné l’ordre d’Asmodéus de ne pas toucher au cube et d’apporter le cube et ses porteurs à lui. Suite à la lecture de l’ordre les seigneurs diables derrière nous étaient très mécontents mais ils rangèrent leur arme. Les seigneurs se sont adressés à nous et ils nous ont proposé l’hospitalité pour la nuit. L’ordre disait qu’il fallait que la diablesse serpent amène le cube et nous à Asmodéus, mais ça ne mentionnait pas qu’il fallait le faire immédiatement.

Nous étions épuisés et dans cet endroit infernal, les moments de repos n’étaient pas nombreux. Avec beaucoup de méfiance, nous avons accepté l’offre d’hospitalité. La diablesse serpent a dit qu’elle nous attendait exactement où elle était.

La demeure des seigneurs diables Belial et Fiena.

Nos « hôtes » nous ont conduits à leur demeure. Il s’agissait d’une forteresse de pierre à l’aspect assez lugubre. Nous avons été conduits à une salle à diner ou de nombreux plats à l’air succulent étaient disposés. Une étrange conversation eu lieu entre nous et les seigneurs diables. Nous avons appris qu’il s’agissait du seigneur … et de sa fille. Il était le seigneur du 3e niveau infernal. Lui et sa fille étaient les seigneurs de ce plan infernal. La discussion ressemblait plus à un interrogatoire à double sens. Nos hôtes ont tenté de savoir ce que le cube était réellement et pourquoi Asmodéus le désirait à ce point. Pour ma part j’ai profité de cet entretien afin de mieux comprendre la structure et la hiérarchie des plans infernaux. J’ai pu obtenir de précieuses informations sur les plans infernaux. Le seigneur … et sa fille ont tenté de nous séduire ou corrompre a de nombreuse reprises en nous offrant une sortie des plans, objets magiques, information, pouvoir etc. Nous sommes des aventuriers expérimentés et nous n’allions pas nous laisser corrompre aussi aisément. Nous avons été très diplomates et nous avons dit que nous allions prendre une décision après un repos.

Le lendemain matin en enfer

Le lendemain matin, ou de ce qui pourrait être un lendemain matin, nous avons rapidement emballé nos affaires. Nous avons pris la décision de suivre la diablesse serpent et de nous sauver de ce plan infernal. Il faut dire que nous étions d’accord sur le fait que nous ne pouvions pas faire confiance aux seigneurs diables. Nous avons donc décidé de suivre la diablesse serpent afin d’avoir du temps pour élaborer un plan de fuite. Tout s’enchaina très rapidement. La diablesse serpent était venue nous chercher et nous avons fui avec elle. Ce qui déclencha la colère du seigneur Bélial il envoya ses serviteurs à nos trousses et nous avons échappé de justesse à un affrontement qui nous aurait surement été fatal. Notre « guide », la diablesse Yezidi, nous indiqua un tunnel afin de passer au quatrième plan infernal.

Le quatrième plan infernal

Nous venions d’échapper de justesse aux troupes du seigneur Bélial pour se retrouver dans un autre tunnel. Pendant la longue marche qui nous faisait passer d’un plan à l’autre, nous en avons profité pour questionner un peu notre guide. La diablesse serpent parlait très peu. Malgré plusieurs tentatives elle ne nous donnait pas beaucoup de renseignements sur la situation. J’en ai profité pour lui demander quelques informations sur la complexité des plans infernaux. Si un jour je sortirais des plans infernaux, je pourrais raconter en détail cette aventure extraordinaire. Le couloir déboucha sur un monde gigantesque composé de rocher et d’acide. Il pleuvait même de l’acide par endroit. Au loin j’ai aperçu d’énormes géants qui se promenaient. Ces géants étaient aussi gros que des montagnes. Notre guide nous suggéra d’avancer discrètement afin d’éviter d’attirer l’attention des géants. Le groupe d’aventurier qui n’a toujours pas de nom, décida d’avancer à couvert pour éviter d’attirer l’attention et aussi d’éviter la pluie acide qui tombait. Cet endroit était tous sauf hospitalier.

L’embuscade

Nous nous rapprochions du prochain tunnel pour accéder au niveau inférieur quand soudainement une troupe de diables se dressait sur notre chemin. Comment diable savaient-ils où nous trouver ? (jeu de mots) j’ai posé la question à notre guide. Elle m’a répondit qu’il y avait bien des espions invisibles autour de nous en pointant les airs autour de nous. Un combat sanglant se déclencha. J’avais remarqué que nos ennemis augmentaient en nombre et en puissance depuis notre arrivée en enfer. La diablesse serpent fonça vers les ennemis et nous avons pris nos positions d’attaques habituelles. Ebn se mit à l’avant pour me protéger moi et Caelynn. Nous avons enchainé les tirs d’arc et sorts de magie, mais la plupart de nos ennemis attaquaient à distance. Ebn dû laisser son poste défensif pour attaquer nos ennemis. Il fonça sur un groupe de spike devil et fracassa les crânes de ses adversaires. Caelynn et moi nous avons dû rester derrière et continuer à bombarder à distance. Malgré les tirs incessants de Caelynn et mes boules de feu (pas très efficaces) nous avons rapidement été débordés. Deux diables guerriers particulièrement coriaces en sont venus au corps à corps contre nous. Malgré plusieurs tentatives de distancer nos adversaires en reculant, j’ai dû mettre en place mon mur de force afin de nous protéger Caelynn et moi. Ce champ de force impénétrable nous a sauvés la vie.
Ebn était déchainé et son marteau s’abattait sur les ennemis. Il eut même l’occasion d’agripper un ennemi avec sa chaine et il le fit basculer dans un étang d’acide. Le diable fondit sous ses yeux rongé par le puissant acide. Notre paladin a eu également un différend avec plusieurs autres diables. Ils se sont tous soldé de la même façon, au bout du marteau du paladin. Quand Ebn et la diablesse ont achevé leurs derniers ennemis, ils sont revenus vers nous et ils ont achevé nos deux diables guerriers. Nous avons repris le chemin du prochain portail vers le quatrième plan infernal. La diablesse nous indiqua que le portail était au fond d’un étang rempli d’eau très acide. C’est avec tous notre courage que nous avons plongé dans cet acide. Au bout de quelques brasses de nage, nous sommes…tombés dans un autre tunnel. Nous venions d’atteindre le prochain plan infernal.

Phlegethos, le cinquième niveau infernal.

Moi et mes compagnons, nous commencions à en avoir marre de cet enfer. Je me suis aperçu que je n’étais pas le seul à me questionner sur comment nous allions réussir notre mission. Il faut se rappeler que notre mission comportait deux parties. La première partie était de récupérer le cube et la seconde était de trouver un moyen de vaincre le dragon bleu à notre retour dans le plan matériel. La deuxième partie nécessitait encore du travail. Nous avons repris la marche dans ce tunnel, mais nous avons commencé à discuter discrètement entre nous trois. Voulions nous vraiment descendre jusqu’au dernier plan et y rencontrer Asmodéus ? Le manque d’options dans cet endroit surnaturel commençait à peser lourd. Nous avons donc décidé tous les trois de reprendre le contrôle de la situation et commencer par questionner notre guide. Ebn laissa tomber son marteau sur Yezidi la clouant au sol et cria le nom de son dieu.

View
Épisode 17 - À la poursuite de la Relique

Les aventuriers venaient de vaincre un groupe de diables et ils étaient toujours dans le plan infernal d’Avernus. Le diable ailé qui avait pris le cube était maintenant très loin d’eux. Les yeux d’aigle de Caelynn ont réussi à apercevoir dans le ciel infernal la créature qui volait au loin. Le trio courageux partis à sa poursuite. Grace à l’aigle de Caelynn qui suivait de loin le diable ailé, la ranger ne perdit pas sa trace. Mais la poursuite n’était pas facile. On aurait dit que tous les enfers nous empêchaient de rattraper le voleur du cube. Des boules de feu tombaient constamment du ciel, ralentissant leur progression. À un moment, une boule de feu frappa une falaise près d’eux et des rochers sont tombés sur le groupe. Aaranthilas n’ayant pas vu les rochers qui tombaient, allait subir une pluie de rocher ainsi qu’une avalanche de blessures. Ebn, dans un élan d’héroïsme, leva son bouclier et protégea le magicien. Au même instant, Caelynn, qui tentait d’éviter les rochers, roula sur le sol et tomba dans une crevasse. Malgré les parois d’obsidienne accérées, Caelynn tomba au fond de la crevasse sans se blesser. Aaranthilas et Ebn regardèrent dans la crevasse pour vérifier si leur camarade était saine et sauve. Au fond de la crevasse Caelynn aperçu un réseau de crevasse qui leur permettraient de voyager de façon souterraine en évitant ainsi les dangers de la surface. À ce moment un échange surprenant eut lieu. Ebn et Aaranthilas s’obstinèrent sur les dieux et la fabrique de la magie. Ce débats sur la métaphysique de la magie et des divinités eut lieux en même temps que des boules de feu tombaient un peu partout autour d’eux. C’était surréaliste. Caelynn les ramena à l’ordre et ils décidèrent de prendre le chemin souterrain.

La rivière Styx

Grâce à l’aigle de Caelynn les aventuriers suivirent le diable ailé jusqu’à une grande rivière rouge sang. Le diable ailé avait disparu. Un peu plus loin sur le bord de l’immense rivière il y avait une barque avec un sinistre individu encapuchonné. Il s’agissait en réalité de Charon, le passeur. Aaranthilas expliqua à ses camarades ce qu’il connaissait sur la légende de la rivière Styx et du passeur. Selon la légende la rivière Styx contenait des millions d’âmes damnées et la seule façon de la franchir était d’utiliser le passeur. Ebn ne voulant pas faire affaire avec cette créature infernale décida de sortir le passeur de la barque, car il voulait utiliser son embarcation. Ebn avec toute sa force ne sorti pas le passeur de sa barque, mais sorti la barque avec le passeur à l’intérieur sur la rive. Charon regarda les aventuriers, tendit la main et dit d’une voix désincarnée: « Le passage… ». Il était clair que le passeur n’était intéressé que par une chose. C’est alors qu’Ebn abbati son marteau sur la tête de la créature. Ces derniers s’embrasèrent dans un feu infernal. La barque et le passeur disparurent pour réapparaître dans la rivière, plus loin. Le passeur tendit la main et attendait le paiement. Selon la légende il fallait lui donner un objet magique ou une âme pour payer le passage. Au bout d’un long argument entre Aaranthilas et Ebn, c’est finalement Caelynn qui ramena (encore) ses deux camarades à l’ordre. Les trois aventuriers embarquèrent dans le petit navire et remirent chacun un objet enchanté. Aaranthilas et Ebn enchantèrent une pierre avec un sort de lumière pour chacun des aventuriers. La traversée de la rivière Styx fût une étrange expérience. C’était comme s’ils étaient immobiles et que le monde bougeait autour d’eux. Aaranthilas prit bien note de ce fantastique voyage et espéra qu’il pourrait raconter son histoire. S’il sortait des enfers vivant… Au bout de ce qui sembla une éternité, la barque s’arrêta et le passeur accosta son embarcation.

Le plan infernal de Dis

Les aventuriers étaient arrivés au deuxième niveau de l’enfer. Le plan infernal de Dis s’étendait devant leurs yeux. Il y avait de la cendre et des rochers à perte de vue. Les rochers semblaient former un gigantesque labyrinthe et celui-ci changeait constamment. Caelynn aperçu le diable ailé qui plongea vers une petite montagne au loin. Le passeur avait permi aux héros de rattraper le diable ailé. Grâce à un effort collectif, les aventuriers réussirent à suivre le diable dans le labyrinthe et à le rattraper pour le voir se faire tuer par une troupe de diables qui patrouillait les canyons de Dis. Il semblait avoir de la compétition pour s’approprier le Cube. Puisque le groupe de diable ignorait la présence des héros, ils en profitèrent pour les surprendre. Malheureusement, un mouvement tectonique sépara les aventuriers : Ebn de son côté et Aaranthilas et Caeylynn de l’autre. L’enfer se déchaîna sur eux (sans jeu de mots douteux). Caelynn transforma en hérisson plusieurs créatures. Ebn broya les ennemis avec son puissant marteau. Aaranthilas déchaina sa magie. Il ne fallut que quelques instants pour vaincre cette troupe de diables mineurs. Toutefois, un hellhound, contraint par la magie du paladin, s’empara du cube et disparu dans un tunnel qui descendait dans les profondeurs de la terre. Après s’être assuré que tous leurs ennemis étaient éliminés, ils durent attendre quelques minutes afin que le tunnel redevienne accessible. Finalement, ils purent prendre le couloir et ils partirent à la poursuite du chien infernal.

Le troisième plan infernal de Maldomini

Après plus d’une heure de course, le trio de Vaudan pris conscience que ce couloir était anormalement long. Aaranthilas examina les environs et compris que les aventuriers étaient dans un autre portail qui les amenaient vers le prochain niveau de l’enfer. Les aventuriers étaient exténués et ils décidèrent de faire un petit campement de fortune afin de prendre du repos. Au bout de quelques heures sans incident, ils reprirent leur chemin pour déboucher sur le nouveau plan infernal. Les aventuriers n’avaient jamais vu quelque chose comme ça. De la lave en fusion recouvrait pratiquement la totalité de la surface. Il y avait des rochers et des montagnes, mais il y avait des torrents de laves qui s’en écoulait. Les dons de pisteur de Caelynn furent de nouveau très utiles. Que feraient-ils sans leur ranger ? Caelynn retrouva facilement la trace du hellhound. La piste s’arrêta à une grande trace de brûlure au sol. La trace continuait, un chemin de pierres noircies, en s’éloignant vers une lointaine forteresse. La piste était très facile à suivre. Au bout d’une heure les héros arrivèrent devant la forteresse. Elle était constituée entièrement de basalte d’où s’écoulait du magma. Les grandes portes étaient ouvertes.

Le combat des diables

Les aventuriers ont pris quelques précautions et ils sont entrés. Évidemment ils étaient attendus. Devant eux se tenaient une douzaine de créatures. Parmi eux des imps, de diables ailés, des diables guerriers et bien sur le diable qui avait le cube dans les mains, un effriti. Les diables observaient la scène avec attention, mais ils observaient aussi le diable effriti qui semblait être le chef de ce joli clan. Les aventuriers ont avancé prudemment. Le chef des diables défiait le groupe. S’il vainquait les aventuriers il s’assurait également d’augmenter son autorité sur les autres diables inférieurs qui étaient autour de lui. Le diable jouait avec le cube et défiait les aventuriers de venir le lui prendre. À ce moment là Aaranthilas eu une idée. Il prit le sac d’âme qu’il avait à la ceinture et le montra à toutes les créatures. Il s’adressa au diable et il lui dit que s’il ne lui remettait pas le cube immédiatement, il allait le tuer et capturer son âme avec ce sac et vendre son âme au marché des plans inférieurs. Malheureusement l’intimidation n’est pas la force du magicien. Les diables se sont tous mis à rire. Ebn ne pouvant plus se contenir, lança un cri de bataille et fonça vers l’effritti, ce qui sonna le départ de ce qui allait être un combat épique pour nous. Caelynn tira flèches après flèches sur les ennemis. Ebn activa son aura de protection contre le mal et frappa l’effritti de son marteau. Aaranthilas lança des boules de feu sur les ennemis. Certains diables avaient décidé de rester en retrait, attendant le bon moment pour mettre la main sur le cube. Il était évident que le cube intéressait davantage les diables. Tous voulaient le cube et une grande bataille commença. Les flèches, les coups de marteau et les sorts sont venu à bout de plusieurs diables, mais c’était loin d’être terminé. Le chef des diables fut achevé par l’effort concentré des trois aventuriers. Les flèches de Caelynn, les sorts de magie d’Aaranthilas et un coup de marteau bien placé du paladin sont venu à bout du chef des diables. Dans la cohue le cube vola dans les airs. Le magicien en profita pour utiliser le sac des Ames et il captura l’âme du diable. C’est à ce moment que plusieurs diables mineurs se sont joint au combat espérant donc mettre la main sur le cube. Plusieurs diables ont foncé sur le cube qui retombait. Certains diables qui ne volaient pas lancèrent un sort de magie pour attirer le cube vers eux. Heureusement l’aigle de Caelynn attrapa au vol l’artéfact tant convoité. Mais le familier de Caelynn avait beaucoup de difficulté à voler car des armes de toutes sortes et des sorts de magie attiraient le cube dans tous les sens.
Les aventuriers ont profité de ce moment de confusion pour vaincre plusieurs diables qui les menaçaient près d’eux. Le magicien tomba au sol inconscient après un coup particulièrement vicieux d’un diable de chaine.
Le paladin se faufila jusqu’au magicien et il lui fit une guérison. Le magicien se réveilla et toussa un peu. Caelynn profita de ce moment pour abattre le diable qui avait frappé le magicien. Dans un dernier effort les héros de Vauban ont vaincu les derniers diables. Ils venaient de survivre au plus gros combat qu’ils avaient jamais livré. Des traces de cadavres de diables finissaient de brûler un peu partout, dernières preuves du combat épique qui venait d’être livré.

Les Archiducs débarquent

Les aventuriers avaient à peine mis la main sur le cube que deux nouveaux diables ailés atterrirent devant eux. Il s’agissait de deux Archiduc inférieurs. Ils semblaient être père et fille vu la ressemblance familiale que nous pouvions voir. De leur regard menaçant ils nous ont ordonné de leur remettre le cube. Le paladin s’apprêta à transmettre sa réponse à l’aide de son marteau quand un troisième diable apparu entre nous et la famille d’archiduc. Celle-ci était plus grande et semblait dégager une autorité supérieure. Elle regarda les diables devant elle et dit, « par ordre du grand archiduc Asmodeus, je revendique ce cube pour lui ». Les deux archiducs inférieurs semblaient très irrités mais ils rengainèrent leurs armes.

Qui étaient ces trois nouveaux diables ? Comment allions nous sortir de cet enfer ?

View
Session 16 - Autres-mondes

Nous, le groupe d’aventuriers sans nom de Vaudan, avons décidé de suivre la trace de Melchom afin de récupérer le Cube. Lors des derniers jours nous avions réussi à savoir qu’il avait utilisé un portail près de la ville afin d’accéder à un demi-plan d’existence. Nous avons réussi à réactiver le portail magique dans lequel il était passé. Ne reculant devant rien, nous avons traversé le portail à la poursuite du Tiefling.

Melchomria

Nous venions de traverser le portail nous permettant de suivre les traces de Melchom. Cet ex-aventurier tiefling qui fut jadis notre partenaire d’aventure s’était enfuit il y a quelques semaines avec la relique. Cet artefact était en fait une relique contenant l’essence d’un ancien dieu maléfique. Nous l’avions renommé le tesseract.

À notre arrivée dans le demi-plan où se cachait Melchom, nous avons été pris de vertiges et de nausées. Au bout de quelques secondes nous avons pu mieux distinguer notre environnement. Le demi-plan était aussi étrange que surprenant. Il était composé de gros rochers qui flottaient et tournoyaient doucement dans un espace vide. C’était surréaliste. Nous n’avions jamais vu quelque chose comme ça. Nous avons entendu la voix de Melchom. « Vous n’auriez pas dû me suivre. Le cube ne doit jamais être retrouvé » Nous avons tenté de parlementer avec le tiefling, mais celui-ci lança le sort de confusion sur notre groupe. N’ayant pas d’autre choix que d’engager le combat, nous sommes passés à l’attaque. Ebn sauta de rocher en rocher pour rejoindre Melchom. Caelynn tira des flèches et Aaranthilas déchaina sa magie. Durant le combat le tiefling tenta de fuir en ouvrant un portail vers un plan infernal. Un sort de web du magicien, des flèches incapacitantes de l’archère et un grapple du Paladin ont empêché notre ennemi de s’enfuir. Le tiefling opposa une résistance, mais il finit par tomber au combat d’un puissant coup de marteau du paladin. Sa tête éclata sous l’impact du marteau. Dans la confusion de la bataille, deux diables épineux se sont joint au combat. L’un deux a pris le cube et se sauva à travers le portail. Nous avons rapidement achevé l’autre démon, fouillé la dépouille de Melchom (après tout nous sommes des aventuriers) et suivi le démon qui avait pris le cube magique.

Le plan infernal d’Avernus

Une autre grande surprise nous attendait. Nous venions d’entrer dans le premier plan infernal d’Avernus Nous n’avions jamais vu quelque chose comme ça. Le ciel était d’un noir sans étoiles. Au loin deux armées de démon s’affrontaient dans une grande bataille. Des boules de feu tombaient régulièrement du ciel pour s’écraser sur un sol couvert de roche, de sang, de lave et de fer. Aucune végétation n’était visible. Caelynn n’aimait vraiment pas cet endroit. Nous devions nous lancer à la poursuite du cube. Notre archère repéra la créature qui avait pris le cube. Le démon ailé se dirigeait vers un bâtiment en ruine qui semblait avoir jadis été un temple. Nous nous sommes faufilés discrètement afin de ne pas attirer l’attention des deux armées qui s’affrontaient et nous avons rejoint la bâtisse en ruine.

Le temple mystérieux

Au bout de quelques minutes nous sommes entrés dans le bâtiment en ruine. À l’intérieur il y avait un celestial qui était au milieu de l’unique grande pièce. Aucun signe de vie du diable ailé que nous recherchions. Le mystérieux celestial était de grandeur elfe et avait un miroir au lieu du visage. Au bout de plusieurs minutes à tenter de communiquer avec lui, nous avons fini par savoir qu’il était … triste. Il semblait aussi égaré que nous dans cet endroit infernal. Même le temple était un endroit surréaliste. Il tombait continuellement du plafond un être (humain, elfe, nain etc.) qui se transformaient en lemure. Ces créatures étaient des tas de chair immonde et ils sortaient lentement de l’endroit où nous étions. C’était RÉ-PU-GNANT. Ebn ne pouvant se retenir décida de frapper plusieurs lemures au passage. Nous étions assez fatigués de notre périple et nous avons décidé de prendre un peu de repos. Après tout nous avions traversé deux fois des plans d’existence, livré un combat et nous tentions de comprendre ce qui se passait dans cet endroit infernal. Au bout d’une heure, la grande bataille faisait toujours rage au loin. Ebn repéra un groupe de démon qui se dirigeait vers nous. Nous avons eu quelques instants pour nous préparer au combat. Caelynn piégea l’entrée du temple avec des ronces magiques. Ebn se lança le sort protection contre le mal et Aaranthilas transforma les flèches de Caelynn en projectiles magiques. Un furieux combat se déclencha. La ranger mitrailla de ses flèches les ennemis qui tombèrent un à un. Ebn qui était resté un peu à l’avant près de l’entrée du temple massacrait les démons avec son marteau sacré. Sa protection contre le mal faisait en sorte que les ennemis avaient beaucoup de difficulté à se battre contre lui. Aaranthilas quant à lui lança plusieurs sorts dont ralentissement. Le combat fut rude, car nous n’avions jamais affronté ces créatures. Après le combat nous avions remarqué que le mystérieux célestial n’avait fait que regarder le combat sans intervenir. Il ne semblait vraiment pas au bon endroit celui-là.

Avernus_temple.jpg

Dans quel étrange endroit avions nous atterri. Il fallait rapidement retrouver le cube et qui était ce mystérieux celestial ?

View
Session 15 - Of Hag and Men

Les aventuriers affrontent la hag dans un dernier combat et en sortent victorieux.

Aaranthilas effectue des recherches sur les Mandrai et sur le dragon Arkalius’Sarandir.

Le groupe monte une expédition de prospection pour rapporter du mithril et du bois de fer.
Ils combattent un géant du froid qui désirait s’emparer de leur butin et en sortent vainqueurs.

Ebn organise la défense le Vaudan en prévision de l’attaque du dragon bleu.

Le groupe découvre les pouvoirs liés au Cercle de Kartag et se préparent à poursuivre Melchom dans un demi-plan.

View
Session 14 - Un retour difficile

Les aventuriers se font attaquer au milieu de la nuit par un Cercle de hag.
Le combat qui s’ensuit est très ardu, mais ils réussissent à vaincre les deux plus jeunes hag, mais la Night Hag se sauve grâce à son pouvoir de transport éthéré.

Aaranthilas découvre un étrange grimoire muni d’un oeil. Il s’aperçoit qu’à travers lui, il peut communiquer avec une entité très ancienne qui lui donne des pouvoirs en échange d’information. Les détails personnels qu’il lui donne semble le dépouiller de sa propre personnalité.

Ebn découvre un filon de mithril.
Caelynn découvre un petit arbre de bois de fer.

De retour à Vaudan, ils en profite pour se reposer et régler leurs affaires.

Ebn fait construire une baliste.

Ebn découvre que la hag les as suivi jusqu’au village.

View
Session 13 - Un froid mordant

Après une nuit froide, Ebn se réveil encore épuisé. Des cauchemars ont hanté son sommeil tout au long de la nuit. Il se rappelle vaguement de ses rêves, mais il croit se rappeler un rêve étrange où la belle Thia lui demandait sauvagement de lui faire un enfant!

Le groupe lève le camp et se remet en route, sur la trace du loup-garou blanc.
L’hiver se fait particulièrement rude et la profonde neige ralenti considérablement leur avance, mais les aventuriers ont plus d’un tour dans leur sac. Ils confectionnent des raquettes de fortune à l’aide de branches, puis construisent une luge simple afin de porter leur équipement.

Deux heures plus tard, le ciel se couvre et bien que la température devienne plus tolérable, une petite neige commence à tomber. Avant même qu’ils ne puisse le prévoir, cette petite neige s’intensifie rapidement et devient vite un fort blizzard!

Considérant l’idée de s’arrêter et de construire un abri, ils luttent contre l’idée, car ils savent qu’ils vont perdre définitivement la trace du lycanthrope. Mais un discourt motivateur de Ebn revigore l’équipe qui décide de poursuive malgré la tempête.

Aaranthilas utiliser une patche de sa robe magique pour invoquer un énorme mastiff afin de profiter de son flair acuité pour suivre la piste qui disparait à vu d’oeil sous la neige. De plus, il confectionne un feu portatif dans une marmite de fer. Finalement, il utilise de l’huile à lampe afin de couvrir leur peau exposée afin de la protéger du vent et du froid. Pendant ce temps, Ebn confectionne des raquettes improvisées pour son destrier. Tout ce temps, Caelynn s’affaire à suivre la piste du loup et à braver la tempête.

Quelques heures plus tard, le groupe arrive au pied d’un promontoire rocheux. La piste se dirige dans deux directions différentes et il est clair que le rocher en surplomb sert de tanière pour le loup-garou.

Aaranthilas invoque une nuée de mephits pour reconnaître les environs. L’un deux lui indique qu’il a aperçu des traces fraîches dans la neige. Allant inspecter les traces, Caelynn découvre qu’elles n’ont pas plus de 1 heure ou 2. La bête n’est pas loin.

C’est alors qu’un profond hurlement se fait entendre, plus grave qu’un loup normal. Caelynn aperçoit deux yeux rouges à travers le blizzard.

Ravager_of_the_Fells.png

Elle n’hésite pas et tire deux flèches sur la bête, mais ces dernières se fracassent sur l’impact! La peau de la bête semble résistante aux armes normales! Avec quelques essais, elle semble même être résistante à l’argent, normalment un poison virulent pour les lycanthropes!

Le loup-garou est bientôt entouré par les mephit et décide de retraiter. Un autre hurlement se fait entendre et alors que la bête se faufile sur le flanc gauche, prêt à bondir sur le magicien, 5 autres bêtes arrivent en renforts! Une bataille acharnée s’ensuit, mais la bête blanche semble invincible! Elle est assénée de coups de toutes part, mais elle refuse de tomber. Quand, finalement, elle tombe, elle reprend conscience quelques secondes plus tard et poursuit ses attaques frénétiques.

Les personnages essaient toutes sortes d’attaque pour tenter de l’achever, le feu, l’acide, l’argent, la foudre… rien ne semble y faire, la bête se relève sans cesse! Ebn décide donc d’utiliser son marteau magique pour sceller la créature au sol . C’est alors qu’un hurlement, encore plus grave et ténébreux se fait entendre… suivit de 4 autres cris. 5 nouveaux loups-garou blancs arrivent sur les lieux. Apeurées, les autres loup-garous se sauvent, pris de terreur à l’idée de se mettre sur le passage de ces bêtes.

Aaranthilas ordonne à ses créatures de faire un mur pour les ralentir.
Vite! Ils doivent prendre une décision!
Ils ne trouvent pas le moyen d’achever la bête. Ebn dans un énorme sacrifice et dévotion, décide d’abandonner son marteau sacré, Anèmos, et les 4 héros prennent la fuite.

Une poursuite effréné s’ensuit, les Mandrai à leurs trousses, mais le groupe réussit, malgré toutes les épreuves, à les semener et à se cacher dans une grotte confectionnée avec les dernières gouttes du pigment magique de Aaranthilas (qui abuse d’ailleurs des principes obscurs des fibres de la magie, au grand étonnement des).

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.