La Relique Oubliée

Épisode 21 - Inception

Xurço Cibràn

Nous avons profité pour faire connaissance avec cet homme étrange. Il était l’unique disciple de Kartag. De cet individu émanait une aura hors du commun. Sa peau semblait formée de roc. Je trouvais étrange de discuter avec un homme qui de mon époque était mort depuis des millénaire. Il tenta de nous expliquer la complexité de Kartag et le fait qu’il a été le seul à bien comprendre la nature de ce dieu. Nous avons décidé de lui faire confiance et nous lui avons dit d’où nous venions et de quelle époque. Nous venions d’un peu plus de deux millénaires dans le futur. Il était très intrigué par notre histoire. Il nous a offert l’hospitalité pour quelques jours, mais il nous a dit que nous devions être prudents car les dragons de la ville rodaient parfois dans le coin et ils n’aimaient pas les humains et les elfes.

Après plusieurs jours nous avons décidé d’effectuer le voyage de plus de trois mois qui nous conduirait à la région où les humains habitaient. Selon l’histoire que nous connaissions, les dragons et leur cité auraient été enseveli suite à une guerre avec les humains. Les humains auraient fait des pactes avec les diables. Ces pactes auraient créé les premiers warlock et la race des tiefling serait apparue suite à l’union des diables et des humains. Ces histoires sont-elles vraies ou s’agit-il de légendes ? Afin de savoir comment les humains étaient à cette époque, nous avons décidé de faire le voyage jusque dans cette région du monde. Nous avons estimé la durée du voyage à environ 3 mois. Avant de partir nous avons demandé à Xurço s’il pouvait nous aider à regagner notre époque. Il nous a répondu que cela prendrait beaucoup de temps pour savoir si son dieu pouvait nous aider. C’est avec le cœur léger que nous avons repris la route. Il était très agréable de voir de la forêt après avoir passé toutes ces semaines en enfer. Caelynn avait enfin retrouvé sa maison, la nature. Le voyage était long mais nous étions contents de voyager dans la forêt en été. Grâce à l’habileté de Caelynn de se déplacer facilement dans la forêt nous avons atteint notre destination un peu plus rapidement que prévu

La région des humains

À notre arrivée dans cette région nous avons remarqué rapidement que les humains de cette région n’étaient que des groupes non organisés de paysans et de barbares. Après avoir passé quelques temps parmi eux, nous avions compris qu’il leur manquait quelque chose. Il n’y avait aucun magicien ou sorcier, aucune armée digne de combattre des dragons. Nous étions donc avant l’époque où les humains auraient pactisé avec les diables et vaincu les dragons. Nous étions un peu incertains de ce qu’il fallait faire. Devions-nous laisser les choses suivre leur cour sans interférer dans le temps ou devions-nous donner un coup de pouce aux humains et donc leur donner des indices sur comment vaincre les dragons.

Après un long débat d’idée nous avons décidé de donner un coup de pouce aux humains dans leur bataille contre les dragons. Nous avons fait une série de geste, de suggestions, de manipulations et surtout nous avons laissé le journal de Melcom à la portée des régufiers. Dans ce journal notre ancien compagnon mentionne comment il a fait son pacte avec Asmodéus, le seigneur des diables. Après avoir fait tout cela nous avons décidé de reste un certain temps afin d’observer si les suggestions que nous avions fait fonctionnaient. Au bout de plusieurs semaines, nous étions sûrs du résultat de nos actions. Les groupes désorganisés commençaient à se regrouper. Un groupe d’ensorceleurs s’était formé et semblaient posséder le leadership adéquat à organiser les réfugiers en une nation digne de ce nom. Le temps allait nous confirmer si les humains pourraient vaincre les dragons. Pour l’instant il ne nous restait plus rien à faire dans cette région alors nous avons décidé de retourner voir Xurço. Peut-être avait-il des nouvelles de son dieu.

Le retour

Le retour dans la région de ce qui deviendrait la ville de Vaudan s’est fait beaucoup plus rapidement. Un sort de téléportation et hop nous revoilà dans le cercle de téléportation près de la demeure de Xurço. Nous avons descendus les marches de la montagne jusqu’à la maison de Xurço. À notre arrivée le prêtre de Kartag sortait de sa méditation. Il était bien content de nous revoir. Il nous informa que le genre de demande que nous avions demandé pourrait prendre des années avant que nous obtenions une réponse de la part de son dieu. Xurço nous dit que son dieu lui avait accordé le don d’immortalité. Il ne vieillissait plus depuis longtemps. Ebn pris alors conscience d’une chose importante. Sa vie était courte, trop courte. Ebn qui était humain, vivait entouré d’elfe (Caelynn, Aaranthilas et Thya). Tous avaient une longévité de plusieurs siècles voir millénaires. Sa vie serait peut-être terminée avant même que nous ayons une réponse de Kartag. Il comprenait maintenant pourquoi malgré ses 20 ans bien sonnés, je le traitais parfois « d’enfant sorti à peine des couches ». Il vivait avec des compagnons et il combattait aussi des monstres presque immortels. Pendant plusieurs jours il resta mélancolique face à la brièveté de sa vie.

Le druide de Myrdin

Nous voulions fabriquer un arc magique pour Caelynn depuis longtemps. Nous avions trouvé la recette dans la bibliothèque infernale. Il ne nous restait plus qu’à trouver un endroit propice pour fabriquer l’arme magique. Sur le parchemin il était inscrit que nous avions besoin de la bénédiction de Myrdin. Je comprenais qu’il s’agissait un peu d’une métaphore. Nous avions besoin d’un endroit béni par Myrdin. Nous avions en tête l’endroit où Ebn avait trouvé son marteau. Cet endroit exceptionnellement beau était la demeure d’un satyre qui malheureusement avait été corrompu. Notre hôte Xurço suggéra aussi d’aller visiter un druide qui vivait dans la forêt. Peut-être pourrait-il nous aider. Nous nous sommes mis en route. Ebn était encore un peu perdu dans ses pensées, mais faire quelque chose d’utile lui changea les idées. Caelynn nous guida dans cette magnifique forêt. Il faut dire que la civilisation n’avait pas encore touché cette région du monde connu. Les animaux étaient très nombreux et la végétation encore intacte. J’ai trouvé passionnant de pouvoir observer cet endroit à un état naturel. Au bout de quelques jours nous avons trouvé le druide. L’aigle de Caelynn nous a été bien utile car nous cherchions un magnifique endroit avec un très gros arbre doré. Tel avait été la description de Xurço pour décrire la demeure du druide. Nous avions trouvé l’arbre aux reflets dorés, mais nulle trace du druide. Ebn tenta de frapper à la « porte » de l’arbre. Selon les histoires, certains druides pouvaient vivre dans leur arbre. Au bout de quelques minutes un elfe sorti de l’arbre. Il portait un manteau de plume de hibou et un étrange chapeau. L’elfe nous demanda ce que nous voulions. Nous lui avons expliqué que nous recherchions la bénédiction de Myrdin et que nous recherchions un endroit propice pour fabriquer un arc pour Caelynn. Le druide nous dit qu’il connaissait un endroit et qu’il voulait bien nous accompagner. Au bout de quelques minutes de conversation il était clair que le druide nous « questionnait » pour connaitre nos motifs. Il nous mentionna aussi que nous devrions probablement prouver notre valeur. Ce druide était vraiment étrange.

La clairière aux arbres vivants

Au bout de quelques heures nous sommes arrivés à la clairière que le druide nous avait parlé. Il s’agissait en effet d’un endroit exceptionnel et magnifique. Cet endroit avait en effet été « béni » par une divinité. Il était tard et nous étions fatigués. Nous avons fait un petit campement pour nous reposer. Nous en avons profité pour observer un peu plus cette magnifique clairière. En me promenant j’ai trouvé deux obélisque avec des écritures gravés dessus. Un petit sort de vol et hop j’ai pu lire toutes les écritures jusqu’en haut des obélisques. Les écritures décrivaient la beauté de cet endroit. Il s’agissait d’un très vieux dialecte. Très vieux pour moi du moins.
Soudainement un énorme grizzly tenta de me frapper par derrière. D’où venait-il je n’en savais rien, mais c’est mon pouvoir de devin qui m’a prévenu du danger. J’ai évité de justesse les deux pattes griffues de l’énorme bête derrière moi. J’ai sonné l’alarme pour prévenir mes compagnons. Le grizzly émit une sorte de cri de guerre et les arbres autour de nous ont commencé à bouger.
Ebn prit son marteau et fracassa les branches du très gros arbre vivant qui l’attaquait. Caelynn sorti et tira sur des buissons qui s’approchait d’elle. De mon côté puisque mon sort de vol était encore actif, j’ai simplement volé hors de la portée des griffes du grizzly pour me poser au bout de l’obélisque. Un étrange combat s’enclencha. On aurait dit que la nature entière s’attaquait à nous. C’était surement ça que le druide voulait dire en disant que nous devrions prouver notre valeur. D’ailleurs où était le druide. Je ne le voyais nulle part. Ebn frappa tout ce qui bougeait avec son marteau. J’en ai profité pour rendre l’arc de Caelynn magique et elle a pu déchainer ses flèches sur la végétation hostile. Pour ma part j’avais plusieurs boules de feu en réserve mais puisque je sentais qu’il s’agissait d’une épreuve, je ne voulais pas incendier la forêt autour de nous. J’ai utilisé un sort de détérioration des plantes. C’est un sort particulièrement vicieux contre les plantes. L’arbre géant s’écroula au sol comme si on lui avait enlevé la vie. Suite à un gros coup de marteau, le grizzly tomba au sol et se transforma en druide. Le druide se releva mais resta hors du combat. Le combat ne dura pas longtemps. Les flèches de Caelynn, le marteau d’Ebn et mes sorts de magie sont rapidement venu à bout des arbres, buissons et lianes qui nous attaquaient. Le druide s’approcha de nous et nous dit que nous avions fait nos preuves et qu’il nous accordait sa bénédiction pour la construction de notre arc magique. J’ai regardé un peu autour de nous et je voyais toute cette nature dévastée. Tous ces arbres vivants détruits, et ce druide nous disait que nous avions fait nos preuves et qu’il nous accordait la bénédiction de Myrdin. Je ne suis pas druide, mais à ce moment j’ai grandement douté des valeurs et du jugement de ce druide. Mais bon pour être druide ne faut-il pas être un peu fou.

L’arc magique de Caelynn

Avec la « bénédiction » du druide, nous avons commencé la construction de l’arc magique pour Caelynn. Nous avons travaillé tous les trois sans relâche pendant presque deux mois. Ebn forgeait les fibres de mithryl et le bois de fer, Caelynn tissait soigneusement les fils qui composeraient la corde de l’arc et moi je lançais tous les sorts de magie nécessaires. Ce fut un travail beaucoup plus éprouvant que j’aurais cru, mais le résultat fût stupéfiant. Nous avions créé un arc magique d’une qualité exceptionnel. Je n’avais jamais vu un si bel arc. Caelynn se dépêcha de l’essayer. L’enchantement qui avait créé l’arc était très puissant et cet arc le démontrait bien. L’arc permettait à Caelynn de se déplacer plus vite et de faire des dégâts de poison. Nous étions très fiers de notre travail et nous avons appelé notre création Myrdin.

Qu’allions nous faire à présent. Comment rejoindre notre époque. Caelynn et moi nous pouvions « chevaucher le passé » jusqu’au présent, mais Ebn lui ne le pouvait pas. Une idée traversa mon esprit. Mettre Ebn « sous pierre » et passer le temps. N’est-ce pas de cette façon que Thya avait passé les deux derniers millénaires. Ebn n’était pas très chaud à cette idée.
Nous avions une nouvelle énigme à résoudre et elle était de taille. Comment faire passer à un humain deux millénaires sans qu’il meure de vieillesse.

Comments

addramyrpalinor addramyrpalinor

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.